Alexander

GenreFolk

Au cœur d’un western spaghetti, le chanteur Alexander Ebert gagnerait à jouer le rôle du mystérieux cowboy solitaire. Loin de ses formations Ima Robot et Edward Sharpe & the Magnetic Zeros, l’Américain livre une performance sincère et attachante sur lui-même avec son premier album solo, Alexander. Fanatique de hip-hop à ses débuts, le jeune Alexander Ebert est plutôt devenu une étoile émergente du punk-rock à la fin des années 90 dans la formation Ima Robot. Ses premières frasques font parler de lui comme étant une mimique de David Bowie et Iggy Pop (chose courante à l’époque). L’ascension au succès de Ima Robot s’est pourtant estompée peu après l’apparition du groupe dû aux problèmes de toxicomanie d’Ebert. Ce dernier remet alors sa carrière en question et il ne revient sur scène que quelques années plus tard dans la formation hippie Edward Sharpe & the Magnetic Zeros. Depuis, l’histoire d’amour entre la nouvelle troupe du chanteur et le public s’est faite en crescendo. Au sifflement de la chanson Home, le groupe a parcouru le monde dans une longue tournée pour le disque Up From Below, passant de groupe de bars bavards à tête d’affiche de festival. Alexander Ebert commence la production de son disque solo durant la tournée d’Edward Sharpe en 2010. Il conçoit tous les aspects du disque, incluant l’interprétation de tous les instruments. Guitare, trompette, basse, claviers et chants sont des nombreuses cordes à l’arc musical figurant sur Alexander. Le morceau Remember Our Heart est l’exemple parfait de cette maîtrise de la chanson acquise au fil des ans par Ebert.



Au cœur d’un western spaghetti, le chanteur Alexander Ebert gagnerait à jouer le rôle du mystérieux cowboy solitaire. Loin de ses formations Ima Robot et Edward Sharpe & the Magnetic Zeros, l’Américain livre une performance sincère et attachante sur lui-même avec son premier album solo, Alexander. Fanatique de hip-hop à ses débuts, le jeune Alexander Ebert est plutôt devenu une étoile émergente du punk-rock à la fin des années 90 dans la formation Ima Robot. Ses premières frasques font parler de lui comme étant une mimique de David Bowie et Iggy Pop (chose courante à l’époque). L’ascension au succès de Ima Robot s’est pourtant estompée peu après l’apparition du groupe dû aux problèmes de toxicomanie d’Ebert. Ce dernier remet alors sa carrière en question et il ne revient sur scène que quelques années plus tard dans la formation hippie Edward Sharpe & the Magnetic Zeros. Depuis, l’histoire d’amour entre la nouvelle troupe du chanteur et le public s’est faite en crescendo. Au sifflement de la chanson Home, le groupe a parcouru le monde dans une longue tournée pour le disque Up From Below, passant de groupe de bars bavards à tête d’affiche de festival. Alexander Ebert commence la production de son disque solo durant la tournée d’Edward Sharpe en 2010. Il conçoit tous les aspects du disque, incluant l’interprétation de tous les instruments. Guitare, trompette, basse, claviers et chants sont des nombreuses cordes à l’arc musical figurant sur Alexander. Le morceau Remember Our Heart est l’exemple parfait de cette maîtrise de la chanson acquise au fil des ans par Ebert.



Top Titres

Truth 1

Truth

A Million Years 2

A Million Years

Bad Bad Love 3

Bad Bad Love

In The Twilight 4

In The Twilight

Awake My Body 5

Awake My Body

Remember Our Heart 6

Remember Our Heart

Glimpses 7

Glimpses

Old Friend 8

Old Friend

Let's Win! 9

Let's Win!

All Is Lost 10

All Is Lost

Top Albums

Alexander
Alexander
17 pistes
All Is Lost (Original Motion Picture Soundtrack)
All Is Lost (Original Motion Picture Soundtrack)
pistes
Here I Am
Here I Am
4 pistes