Arnaud Fleurent-Didier

Genrefrench, indie, singer-songwriter, indie pop, poète

Il compose et écrit des chansons depuis les années 90, période où son groupe, Notre-Dame, s’illustre dans le petit milieu de la pop-arrangée parisienne, avec un premier disque Chansons originales. Une reconnaissance confidentielle, qui permettra à Notre-Dame de faire entendre sa musique, et de rencontrer des producteurs étrangers.

Ainsi, Chansons françaises, premier disque solo d’Arnaud Fleurent-Didier, sort en 1998 chez Quince Records, un label japonais. Malgré la barrière de la langue, Arnaud trouve son public à l’étranger et voit grandir sa notoriété en France : il apparaît sur bon nombre de compilations, en particulier sur I hear voices, compilation de Recordmakers, label créé par le groupe Air, qui se propose de faire découvrir les nouveaux talents frenchies. Suivront des concerts, en groupe ou piano solo, et un deuxième album en 2002 chez Quince Comment l’amour est mort interprété conjointement avec Ema Derton.

Janvier 2004 verra la sortie, chez le tout nouveau label French Touche, de Portrait du jeune homme en artiste, album personnel et ambitieux, album rare par sa sincérité et par la finesse de ses arrangements. Il évoque le cheminement d’un homme vers un accomplissement artistique qui s’avérera être le disque lui-même. L'apprenti artiste y croisera l’ambition, les doutes, la soif de reconnaissance, les engagements et désengagements de la vie amoureuse, qui seront autant de prétextes à des merveilles pop savamment orchestrées. Public comme médias ont réservé un excellent accueil à cet album, preuve rassurante que les disques vrais ont encore de beaux jours devant eux.

En 2005, Arnaud Fleurent-Didier compose et produit plusieurs nouvelles chansonpoches, notamment celles de Katerine 1 rue Jacquemont, Wilfried* Qui est avec moi ? … ainsi que la première chansonpoche historique Un monde meilleur …, sortie le 14 février 2005, deux ans après le débat qui opposa Dominique de Villepin et Colin Powell au Conseil de sécurité de l'ONU.
Il signe également la bande originale du nouveau film du romancier norvégien Dag Johan Haugerud, Thomas Hylland Eriksen og historien om Origamijenta.

C'est son troisième album sorti le 4 janvier 2010, La Reproduction, qui le fait connaître à un public plus large.

Musicalement, Arnaud Fleurent-Didier est l'héritier direct d'artistes tels que Burt Bacharach, Michel Legrand, mais aussi Michel Polnareff, William Sheller, voire Michel Berger. Quant à ses textes, loin de se cantonner au seul domaine sentimental, ils évoquent des sujets plus profonds tels que les rapports parents-enfants (Si on se dit pas tout), le rapport au passé (Mai 68 ou l'Occupation dans Mémé 68), sans exclure la légèreté et l'humour (Risotto aux courgettes).

Il est sélectionné pour le prix Constantin 2010, mais ne le remporte pas.

Arnaud Fleurent-Didier est invité au MOMA, Musée d’Art Moderne et Contemporain de New-York le 19 août 2010. Il y présente son dernier album La Reproduction. Deux autres concerts sont prévus à New-York, le 20 août au Zébulon à Brooklyn et le 21 août au Barbès à Williamsburg.

Sa chanson "France Culture" a été traduite et adaptée sur le net. Elle est réinterpretée en allemand par Dorothée de Koon. Une version en norvégien est utilisée dans le Bande Originale du film Oslo, 31 août.

Une bande originale de film et un nouvel album original sont attendus pour 2013.



Top Titres

France culture 1

France culture

Je vais au cinéma 2

Je vais au cinéma

L'origine du monde 3

L'origine du monde

Reproductions 4

Reproductions

Imbécile heureux 5

Imbécile heureux

Ne sois pas trop exigeant 6

Ne sois pas trop exigeant

Mémé 68 7

Mémé 68

My Space Oddity 8

My Space Oddity

Si on se dit pas tout 9

Si on se dit pas tout

Pépé 44 10

Pépé 44

Top Albums

La Reproduction
La Reproduction
pistes
Portrait du jeune homme en artiste
Portrait du jeune homme en artiste
pistes
Le reste tu devines
Le reste tu devines
pistes