Pip Blom - EP Paycheck

21 juillet 2018

Pip Blom

EP Paycheck

Sortie le 31 août chez Nice Swan Records

Si l’on demande à un panel de personne les choses ringardes musicalement, le concours de l’eurovision serait parmi les premiers du classement. Et si l’on demande ensuite quelles sont les qualités nécessaires pour gagner ce concours, l’amour d’une vie pour Blur et The Breeders serait la dernière de la liste. C’est pourquoi la chanteuses Pip Blom, native d’Amsterdam n’a jamais vu son rêve d’enfance, de participer à ce show pop kitsch, se réaliser. Maintenant âgée de 21 ans et avec un groupe à ses côtés, Pip aiguise un son doucement crade qui gagne allègrement toutes les compétitions. Née de parents musiciens (son père Eton Crop dont le post punk a ravagé les sessions de John Peel 5 fois sur la BBC tandis que sa mère à rejoins le groupe en tournée en tant qu’ingénieur du son), Pip a été propulsée en plein cœur de tout ça quand ces deux derniers ont lancé la plateforme alternative indie 3voor12. « Parce qu’ils travaillaient à 3voor12, j’étais très jeune quand je suis allez à mes premiers festivals et concert » explique Pip. « Moi et ma mère sommes allées vois Lily Allen quand j’avais 8 ans, que j’ai beaucoup aimé, mais les festivals étaient un peu effrayants. Le soir quand tout est sombre et qu’il y avait beaucoup de lumières, je me souviens m’être sentie toute petite. Tout le monde était très grand et saoul et se rentrait dedans. Mais quoi qu’il en soit j’aime toujours beaucoup ça. » Bien qu’elle ait grandi entourée de musiciens, cependant, l’envie de Pip de performer ne lui est venue qu’à 16 ans (candidatures pour l’eurovision mises de côté…) Voir des pub pour un concours d’écriture de chansons, complétement inexpérimentée et toujours timide et sage Pip a décidé de faire le premier pas. Empruntant la guitare à trois cordes de son père, elle a écrit et soumis 3 titres comme demandé – faisant quelque chose de simple et en dessous de 2 minutes ». Quelques mois après elle consulte sa boite de réception et découvre qu’elle est shortlistée. « Oh mon dieu, j’étais si effrayée. Je n’avais jamais rien fait de pareil et j’étais effrayée de performer devant des gens. Je l’ai vraiment, vraiment regretté.” Se rappelle-t-elle. “Mais j’avais commencé, donc je devais finir. J’ai commencé à écrire des chansons ardemment et je suis arrivée en demi-finale. C’est 3 concerts de compétition étaient mes tous premiers concerts. Je n’ai pas pu en profiter car j’étais trop nerveuse mais à chaque fois que je descendais de scène je me disais « c’est trop cool, je veux continuer à faire ca. » Pendant un moment Pip a continué à écrire seule, juste après avoir sorti 16 démos solo et plus tard, en 2016, une série de titre lo-fi centrés sur la guitare de Pip et une boucle de batterie.

Mais ce qui lui est vraiment apparu était qu’il lui fallait un groupe. Influencée par des artistes comme Parquet Courts, Ought, Protomartyr et The Fat White Family, et l’électro de LCD Soundsystem et Micachu & The Shapes, la chanteuse a su qu’elle avait besoin d’armes musicales pour que son idée prenne vie. « Je voulais faire quelque chose que j’écouterais volontiers”. Dit-elle en haussant les épaules. “Je voulais être un groupe”. Recrutant son frère Tender comme guitariste (« nous nous chamaillons beaucoup mais on est sur la même longueur d’onde ») au côté du nouveau bassiste Caspar, Pip Blom n’est désormais plus seulement une personne mais un groupe. Et depuis les Pip’s se sont multipliés, les oreilles du public ayant été piquée. En 2017, Pip Blom sort 3 titres écrits en tant que groupe : le titillement fuzzy de ‘School » ; le Courtney barnett – esque 'Babies Are A Lie' et 'I Think I'm In Love' – une spirale délabrée de guitares picottantes et hooks râleurs. Gagnant des fans comme Huw Stephens et Mark Riley (qui les a invités sur son album), tout en étant mentionné dans NME, DIY, The Line of Best Fit et tant d’autres, cela montre que Pip est sur la bonne voie. Une tournée néerlandaise avec leurs pairs d’Amsterdam Canshaker Pi, pendant cela, donna au trio un élan scénique nécessaire. « Au début, quand nous avons commencé nous étions terrifiés et nous bougions à peine sur scène. Mais tourner avec Canshaker Pi nous a beaucoup aidé » s’enthousiasme Pip. « Ils étaient si énergétiques, c’était insensé. Nous voulions être comme eux. A la fin je pense que cela a eu pas mal d’influence sur les titres que j’ai écrit à ce moment-là. Je veux que nos titres soient vibrants et énergétiques. Je veux que cela reflète ce que nous essayons de vivre. Maintenant, se dirigeant vers 2018, Pip Blom sont prêts à mettre en application toutes ces étapes formatrices. Déjà confirmés en première partie de Franz Ferdinand pour leur tournée en Hollande, et avec une session sur BBC Radio 1 avec Huw imminemment, les blocs de construction sont déjà combinés pour former quelque chose avec un vrai potentiel crossover. « J’aime juste le frisson de faire quelque chose de nouveau » dit Pip. « Nous avons encore un long chemin à faire, mais hey : il faut toujours rêver en grand ».