RICCARDO DEL FRA - Nouvel album « MOVING PEOPLE »

03 janvier 2019

- RICCARDO DEL FRA - Nouvel album « MOVING PEOPLE »

« Moving People » La géographie mouvante des peuples, l’humanité - dans sa vulnérabilité autant que dans sa phénoménale force de vie - l’Autre qui nous émeut, sont au cœur du projet « Moving people ». Riccardo Del Fra a été le contrebassiste de Chet Baker durant près de 9 ans, mais il a également joué avec Johnny Griffin, Bob Brookmeyer, Dizzy Gillespie, Art Blakey, Barney Wilen, Dave Liebman, Kenny Wheeler, Lee Konitz... Après le succès de « My Chet My Song », Riccardo revient avec un album de compositions saisissantes et pénétrantes pour lequel il s’est entouré d’improvisateurs habités et sans frontières. Plusieurs générations et différents pays sont représentés ici : les Américains Kurt Rosenwinkel, guitariste d’exception au jeu merveilleusement inspiré, et Jason Brown, batteur au groove puissant et à l’énergie contagieuse ; le fougueux saxophoniste allemand Jan Prax ; l’expressif et libertaire trompettiste polonais Tomasz Dabrowski ; les Français Rémi Fox, saxophoniste subtil et poétique, et Carl-Henri Morisset, pianiste d’une rare maîtrise et inventivité. « Moving People », album lyrique, profond, puissant et délicat, d’une écriture exigeante, mais laissant une large place àl’improvisé, raconte les voyages vers une vie meilleure, les espoirs et la force de vie. La musique de Riccardo Del Fra étreint, caresse, émeut. Sa contrebasse chante avec lyrisme, enveloppe avec sensualité et amène les solistes à l’incandescence.

Riccardo Del Fra est né à Rome en février 1956. Il étudie la contrebasse au conservatoire de Frosinone, et, en parallèle, la sociologie àl’université de Rome. L’orchestre de la RAI (Radio Télévision Italienne) fait appel régulièrement à lui pour les concerts jazz et les enregistrements. Il se produit avec diverses formations de musiciens italiens (Enrico Pieranunzi, Maurizio Giammarco, Roberto Gatto, Oscar Valdambrini, Dino Piana). Il joue aux côtés de très nombreux solistes (Art Farmer, Dizzy Gillespie, Art Blakey, Sonny Stitt, James Moody, Lee Konitz, Tommy Flanagan, Kai Winding, Clifford Jordan, Horace Parlan, Joe Diorio, Kenny Wheeler, Paul Motian, Dave Liebman, Vernel Fournier, etc.). Fin 1979, il joue à Rome avec le trompettiste Chet Baker. Rencontre décisive, puisqu’il va l’accompagner pendant près de neuf ans, en Europe et au Japon, pour de longues tournées. De cette collaboration, naîtront douze disques, des vidéos, « Chet Baker trio live in London at Ronnie Scott’s » et le film « Chet’s Romance » de Bertrand Fèvre. Au début des années 80, installation à Paris, où il fait alors partie d’une section très active avec le pianiste Alain Jean-Marie et le batteur Al Levitt, tout en continuant à jouer avec Chet Baker et Michel Graillier. Il est également le contrebassiste titulaire de divers groupes (Barney Wilen, Bob Brookmeyer, Johnny Griffin, Toots Thielemans, Michel Herr, Charles Loos). Dans les années 90, le tromboniste et compositeur Bob Brookmeyer l’invite à faire partie de son quartet. Ils tourneront ensemble et enregistreront « Paris Suite » (Prix de l’Académie du Jazz en 1994). En 1989, Riccardo Del Fra dédie à Chet, disparu en mai 1988, son disque « A Sip Of Your Touch », une série de duos avec Art Farmer, Dave Liebman, Enrico Pieranunzi, Rachel Gould et Michel Graillier (Grand prix Fnac 1989). Ce disque est réédité en janvier 2007 chez Nocturne (Plus loin music) et à nouveau récompensé (Choc Jazzman, Disque d’émoi Jazzmag). En 1996, la rencontre avec la chanteuse bretonne Annie Ebrel donnera vie à un duo très particulier et à l’enregistrement du CD « Voulouz Loar Velluto di Luna » (Diapason d’or 1999). Il fait également des incursions dans la musique contemporaine.L’ensemble 2e2m de Paul Mefano a fait appel à lui pour des concerts et l’enregistrement d’un disque des musiques de Tôru Takemitsu (Assai-222182). En 2009, il écrit deux pièces : « Sky Changes » et « Tree Thrills » pour l’Ensemble Intercontemporain et le saxophoniste Dave Liebman. Création le 12 mars 2009 à la Cité de la Musique, à Paris, sous la direction de Susanna Mälkki et qui a donné lieu àl’enregistrement d’un disque en octobre 2010 à la Manhattan School of Music de New York par le Chamber Jazz ensemble et Tactus et Dave Liebman. Ce concert a été enregistré pour un disque, « Sky Changes », paru en 2012 (Jazzheads). Le cinéma a aussi nourri sa jeunesse. Il a participé, lorsqu’il jouait avec l’Orchestre de la RAI, à des enregistrements de musiques de films : « La Cité des Femmes » de Federico Fellini (mus.Louis Bacalov) ; « La Peau » de Liliana Cavani (mus. Lalo Schifrin) et d’autres signées Ennio Morricone, Piero Umiliani, Gianni Ferrio, etc. Depuis plusieurs années, il compose à son tour pour le 7e Art, et notamment pour le cinéaste Lucas Belvaux, dont il a écrit la musique des films « Pour rire » (1996) ; la Trilogie : « Un couple épatant/Cavale/ Après la vie », (2002), « La Raison du plus faible » (2005), sélection officielle du Festival de Cannes 2006, « Rapt » (2009), pour la télévision « Mère de toxico » (2000), « Nature contre nature » (2005). Et en 2007, toujours pour Lucas Belvaux, « Les Prédateurs » (4 h de film sur “l’affaire Elf”)Depuis septembre 2004, il est responsable du Département Jazz et Musiques Improvisées au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), où, en 1998, il avait pris la succession, comme enseignant, du contrebassiste Jean-François Jenny-Clark. Sa volonté de décloisonner et le désir d’élargir les champs d’actions et d’interactionssont au cœur de son travail au conservatoire. Il aime aménager des rencontres entre les mondes du jazz et les mondes du classique et du contemporain. En 2005, il constitue le Jazoo Project, un sextet composé de jeunes musiciens issus pour la plupart du Conservatoire, avec lequel il enregistre « Roses & Roots ». Disque-voyage, souvenir de lieux et d’êtres qui ont jalonné sa route musicale, « Roses & Roots » a été largement récompensé (4*Jazzman, Disque d’émoi Jazzmag, R10 Classica-Repertoire, 4 f Télérama, 4 *Le Monde de la Musique...). Riccardo a reçu, en novembre 2006, le Django d’Or du « Musicien confirmé ».L’Académie du Jazz lui a décerné, en janvier 2008, le prix du « Meilleur musicien européen ». En août 2011, le festival Jazz in Marciac a accueilli sa création « My Chet My Song », avec le trompettiste Roy Hargrove, Pierrick Pedron au sax alto, Bruno Ruder au piano, Billy Hart à la batterie, lui-même à la contrebasse et l’orchestre du Conservatoire de Toulouse. Dans cet hommage à Chet Baker, Riccardo Del Fra a écrit et conçu un univers sonore où les standards prennent une épaisseur et un velouté nouveaux grâce à une orchestration qui fait croiser les voix – jazz et classiques – dans un frisson soyeux, fluide et lumineux. A l’issue de cette création est né le quintette My Chet My Song (Airelle Besson, Pierrick Pedron, Bruno Ruder et Billy Hart) qui poursuit la revisitation du monde poétique et magnétique de Chet Baker au travers des compositions et arrangements de Riccardo. En septembre 2014, est sorti le CD « My Chet My Song » (Cristal Records) enregistré avec ce quintette et l’orchestre du Deutsches Filmorchester Babelsberg. En 2015, Riccardo propose Open Book qui constitue un nouveau chapitre de son livre personnel et une suite «évolutive» de « My Chet My Song ». Suite poétique et musicale laissant davantage place à ses compositions personnelles. A Berlin, en 2016, à l’initiative de la Fondation Genshagen qui œuvre notamment pour le dialogue artistique et culturel en Europe, est né le projet « Hoffnung/Espoir/Nadzieja » sur l’idée d’une création musicale qui puisse évoquer et symboliser l’espoir. « Hoffnung » a été créé à Genshagen le 3 novembre 2016 avec des musiciens polonais (Tomasz Dabrowski, Kuba Gudz), allemand, (Jan Prax), français (Carl-Henri Morisset) et italien. (Riccardo). Après plusieurs concerts en Allemagne, à Paris et en Pologne, Riccardo Del Fra a été invité à Rome pour un concert au Parlement Italien. Le 19 mars 2017, le quintette a joué au Palazzo Montecitorio à l’occasion des célébrations du 60ème anniversaire des Traités de Rome... ajoutant ainsi un autre pays au projet : l’Italie, avec « Speranza » !

« Hoffnung/Espoir/Nadzieja » a été, d’une certaine façon, la génèse de « Moving People ».