The Blues Is Alive And Well Album par Buddy Guy paru chez Silvertone le 15 juin 2018

15 juin 2018

The Blues Is Alive And Well

Album par Buddy Guy paru chez Silvertone le 15 juin 2018

George « Buddy » Guy, né le 30 juillet 1936 à Lettsworth (Louisiane), est un musicien américain de blues et de musique rock. Il est le père de la rappeuse Shawnna. Damn Right ! Comment ne pas être d’accord, Buddy Guy a bien le blues dans le sang ! Le guitariste légendaire de Chicago crie haut et fort sur cet album : The Blues Is Alive And Well ! À 81 ans, il apparaît plus en forme que jamais mais surtout donne une bonne leçon à la jeunesse. Voilà un bluesman plus punk, plus rock que la génération actuelle et qui sait faire aimer le blues à une population blanche. Qu’on le traite d’old fashion ? Ce n’est pas ça qui risque de l’atteindre car Buddy Guy sait manier son instrument comme il se doit. Le guitariste fait raisonner ici le blues qu’il aime avec des invités en mesure de lui répondre. Keith Richards et Mick Jagger des Rolling Stones, Jeff Beck ou encore James Bay alimentent le talent de ce génie dans l’harmonie la plus totale. Et que serait un blues sans parler d’alcool et des vieux copains ? Sur Cognac, Buddy Guy semble avoir vingt ans à nouveau lorsqu’il évoque Muddy Waters. Il est certes trop tard pour continuer de siroter un bon cognac avec lui, mais à présent il y a Keith et les autres pour l’accompagner. Se saouler avec style, se remplir d’alcool et de blues, partir dans un jeu qui pourrait ne jamais s’arrêter, voilà l’esprit du blues. Au-delà de la musique, c’est une véritable discussion qui naît entre les riffs de guitare, les accords au piano et la voix pénétrante du chanteur. Mieux qu’une transe, c’est un chemin diabolique qui s’ouvre ici. Puis il y a ce groove si prenant sur le titre principal The Blues Is Alive And Well. Une grande déclaration d’amour envers le genre, qui malgré la solitude, la misère et la souffrance, perdure comme un ami fidèle, qui maintient en vie et joue le rôle d’un journal intime. Peut-être faut-il prendre la chose comme une sorte de transmission, entretenir le blues pour les générations à venir. Blue No More est assez représentatif de l’idée. Un duo justement où Buddy Guy chante son face à face avec les portes du Paradis. Une épreuve qui ne le rend pas morose car il sait que d’autres en bas prendront sa relève. En écho, James Bay répète donc les paroles du maître : « I won’t be blue no more ».

Source © Clara Bismuth / Qobuz