Velu

14 novembre 2018

- Mes Trip(e)s par Velu - 1er album sortie le 1er février 2019 chez M.A.D / Pias

Dans ce monde où tout doit être uniforme et lisse, où la liberté c'est de paraître dans la norme esthétique, son poil, il le revendique. C'est presque un acte politique ! Car prendre sa plume pour se mettre à poil, laisser la musique accompagner les mots et leur donner encore plus de sens, quoi de plus normal pour Sylvain alias Velu, quoi de plus logique pour celui qui, après trois albums aux vibrations métalliques avec Scorch (groupe donnant plutôt dans le genre fusion métal hardcore), a eu besoin de libérer le flot furieux d’un slam loin des ego trips, de sortir au grand jour ses trip(e)s pour nous les offrir en tête à tête. Même si «Mes Trip(e)s» est son premier disque ”Slam“, le micro et la scène sont loin d’être des inconnus pour lui qui a déjà plusieurs centaines de concerts à son actif, aussi bien ceux qu’il a dégoupillés avec Scorch que ceux qu’il a organisés avec l'association Murmurlement, le tout donnant à ce projet une expérience, un vécu ne pouvant que le nourrir. C’est la première fois qu’il slame mais pas la première fois qu’il se lâche, il aime le métal, certes, mais aime aussi quand ça déclame, lui qui, depuis toujours, prend plaisir à jouer avec les mots et leurs sonorités. Trouvant dans l’écriture un exutoire, un espace immense de liberté, un moyen unique de communiquer et d’exprimer des idées, des émotions, des sensations, il sort ses tripes dans ses trips, préférant se jeter à l’encre plutôt que d’un pont. Mais il aura fallu, malgré tout, 10 ans pour arriver à la sortie de ce premier album, 10 années de gestation nécessaire, vitale, pour rencontrer les gens, mûrir les textes et trouver cette orientation musicale qui s’avère être la bonne. Velu est donc un projet “multi-collaboratif“ qui reste en évolution constante, bougeant au gré des rencontres et des idées qui naissent avec, comme fil conducteur, la relation humaine.

Poussez donc la porte de sa petite cabane intérieure et laissez son flow vous transporter dans ses révoltes, ses colères ou ses doutes, ses poings levés et ses caresses attendries, sa façon insensée de regarder le monde, les autres, lui-même. Terrien fier d’avoir la possibilité de regarder l’autre par dessus les frontières, Velu court à contre-courant dans un monde qui se cogne sans arrêt contre les murs invisibles de nos indifférences, se frotte avec force aux logiques incompréhensibles qui nous empêchent de vivre un monde en paix, crie contre ces miroirs aux alouettes qui poussent les plus fragilisés à quitter leur terre dans l’espoir de vivre mieux ailleurs. Et parce que la vie ne vaut rien mais que rien ne la vaut, il se promène dans nos bohèmes épicuriennes pour y mettre un peu de légèreté, croque à pleines dents dans ses souvenirs qui ressemblent tant aux nôtres, juste pour le plaisir faucher nos idées noires et planter quelques graines d’avenir arc-en-ciel. De son regard clair et sincère, il pointe nos singularités avec des mots simples qui touchent en plein coeur et ne cherchent pas la virtuosité mais, entre deux silences délicats, trouvent le chemin de nos âmes pour les peindre couleur amour. Pour les présents et les absents, ceux qui nous ont donné la force et nous ont aidés à poser des idées belles dans nos esprits, il nous invite à croquer la vie, laisser nos egos trop gonflés de côté pour afficher, enfin, un sourire conscient sur nos visages fatigués, à être avant de ne plus être, à changer ne serait-ce qu’un peu notre vision des autres, du monde, de la vie... et de leur ouvrir les bras ! Alors, que tu sois imberbe, épilé, touffu, rasé, chevelu : bienvenue à toi chez Velu...

@Andymeta

Photo © Andymeta