Gaspard Royant

Genre seen live, Bars en Trans, classic rock, french, rock

Si les racines musicales de Gaspard Royant sont solidement ancrées dans le meilleur des années 90 (Elliott Smith, Grandaddy, Pavement, Badly Drawn Boy etc…) on retrouve dans l'ADN des titres composant son premier EP « You can have me (If you want to) », l'empreinte génétique des 60's, celles de Paul Mc Cartney, Roy Orbison ou encore Brian Wilson.

Ceci dit, ses références avouées sont tout autant littéraires et cinématographiques que musicales. Arnaud Desplechin ne s'y est d'ailleurs pas trompé, empruntant une première version (démo) de « The Big Sleep » pour illustrer plusieurs scènes de son film « Un conte de Noël ».

Si ce jeune homme manie l'humour pince sans rire avec élégance, son ambition n'en est pas moins de s'efforcer de faire entrer dans ses chansons toute la grandeur et la misère de l'être humain…
Que ce soit par injonction (« Jump out of the craddle »/« Sors du berceau ! » sur « Grow »), par questionnement (« What is worth living for better than the big sleep ? »/« Qu'y a-t-il de meilleur à vivre que le grand sommeil ? ») , par une mélodie entêtante composée de quelques notes d'harmonium (« Things I want to Remember »), le temps d'un duo avec Marie-Flore (« Yours ») ou enfin au cours d'un grand western pastoral (« Last Song of a Pistolero »).

C'est sur la route, guitare en bandoulière, lors de voyages initiatiques nombreux, que ce soit aux Etats Unis ou un peu partout en Europe, que Gaspard Royant a peaufiné ses chansons. Loin des feux de la rampe donc. Feux qui, à n'en douter, au vu du talent déployé tout au long de ce premier effort vont éclairer la carrière du jeune artiste d'une lumière nouvelle et aveuglante.

 

Si les racines musicales de Gaspard Royant sont solidement ancrées dans le meilleur des années 90 (Elliott Smith, Grandaddy, Pavement, Badly Drawn Boy etc…) on retrouve dans l'ADN des titres composant son premier EP « You can have me (If you want to) », l'empreinte génétique des 60's, celles de Paul Mc Cartney, Roy Orbison ou encore Brian Wilson.

Ceci dit, ses références avouées sont tout autant littéraires et cinématographiques que musicales. Arnaud Desplechin ne s'y est d'ailleurs pas trompé, empruntant une première version (démo) de « The Big Sleep » pour illustrer plusieurs scènes de son film « Un conte de Noël ».

Si ce jeune homme manie l'humour pince sans rire avec élégance, son ambition n'en est pas moins de s'efforcer de faire entrer dans ses chansons toute la grandeur et la misère de l'être humain…
Que ce soit par injonction (« Jump out of the craddle »/« Sors du berceau ! » sur « Grow »), par questionnement (« What is worth living for better than the big sleep ? »/« Qu'y a-t-il de meilleur à vivre que le grand sommeil ? ») , par une mélodie entêtante composée de quelques notes d'harmonium (« Things I want to Remember »), le temps d'un duo avec Marie-Flore (« Yours ») ou enfin au cours d'un grand western pastoral (« Last Song of a Pistolero »).

C'est sur la route, guitare en bandoulière, lors de voyages initiatiques nombreux, que ce soit aux Etats Unis ou un peu partout en Europe, que Gaspard Royant a peaufiné ses chansons. Loin des feux de la rampe donc. Feux qui, à n'en douter, au vu du talent déployé tout au long de ce premier effort vont éclairer la carrière du jeune artiste d'une lumière nouvelle et aveuglante.

 

Top Titres

Marty McFly 1

Marty McFly

Christmas (Baby Please Come Home) 2

Christmas (Baby Please Come Home)

Europe 3

Europe

Back to where we aim 4

Back to where we aim

All The Cool In You Is Me 5

All The Cool In You Is Me

CHRISTMAS IS BACK IN TOWN 6

CHRISTMAS IS BACK IN TOWN

Getaway 7

Getaway

Break-Up Bar 8

Break-Up Bar

The Woods 9

The Woods

7 10

7" Club

Top Albums

10 Hits Wonder
10 Hits Wonder
pistes
Christmas (Baby Please Come Home) - Single
Christmas (Baby Please Come Home) - Single
pistes
Have You Met Gaspard Royant?
Have You Met Gaspard Royant?
pistes