The Libertines

Genre indie, indie rock, british, rock, alternative

Groupe génial des années 2000, les Libertines ont connu les sommets de la gloire et une reconnaissance unanime de la critique rock avant de sombrer dans des histoires de défonce et de déprave qui ont signé leur arrêt de mort. Les Libertines doivent leur succès comme leur déclin à un seul homme, l’ange maudit Pete Doherty qui a donné le jour à de sacrés bonnes petites chansons punk et crades, fruits vicieux et pourris jusqu’à l’os de son esprit malade et sous influences. Tout commence à Londres au début des années 2000, quand Pete Doherty fait la connaissance de Carl Barât. Les deux acolytes décident très rapidement de monter une groupe de punk rock qu’ils appellent The Libertines, une allusion au libertinage, symbole de la débauche, de l’insoumission aux morales contraignantes ayant cours dans la société occidentale.

Pete et Carl font défiler plusieurs bassistes et batteurs avant de choisir le batteur Garry Powell, puis quelques temps plus tard le bassiste John Hassall. Le Label Rough Trade les remarque assez rapidement et leur propose un contrat en 2001. Début 2002, les Libertines font la première partie du groupe la plus hype du moment, les désormais très célèbres Strokes. Mais c’est grâce à une tournée avec The Vines, un autre groupe tendance de l’époque que les Libertines se font vraiment connaître et Leur premier single, « What A Master » obtient un certain succès. Forts de ces premiers pas fructueux dans l’univers du rock’n’roll, les Libertines se retrouvent en studio avec Mick Jones (ancien des Clash) aux commandes pour l’enregistrement d’une première galette.

Mais les ennuis commencent lors de la mise en boîte de « Up The Bracket’ » avec des disputes incessantes entre Pete et Carl. Mais pour finir, le disque paraît dans les bacs fin 2002 et fait un carton auprès du public mais aussi de la presse spécialisée britannique. En effet, le NME (New Musical Express) est complètement fan des Libertines et décident que ces derniers sont tout à fait en mesure de rivaliser avec les Strokes. Le groupe est alors élu meilleur nouveau groupe en 2003 aux NME Awards. Mais dès 2003, les Libertines sont déjà sur une très mauvaise pente : après les disputes en studio, ce sont les problèmes de drogues de Pete, complètement accro (au crack notamment), qui provoquent des dissensions énormes au sein du groupe. Les Libertines partent alors en tournée dans toute la Grande-Bretagne sans Doherty qui vit très mal cette exclusion et fonde à ce moment là un nouveau groupe, Babyshambles.

Pete essaye de se désintoxiquer en vain et finit par complètement péter les plombs lorsqu’il met à sac la chambre de Carl Barât. Dès lors, Pete Doherty fréquentera plus souvent la rubrique people et faits divers que la rubrique musique des magazines. Condamné puis ajourné suite à ses méfaits de cambriolage, il passe ensuite 2 mois de prison pour détention de drogues.

Malgré les frasques de leur leader, les Libertines se reforment et sortent un ultime album éponyme en 2004 (toujours produit par Mick Jones) avant de disparaître définitivement à la fin de l’année. Aujourd'hui, Car Barât se consacre à sa nouvelle formation, les Dirty Pretty Things tandis que Pete Doherty oscille entre faits divers et projet musical avec les Babyshambles.


Source

Top Titres

Can't Stand Me Now 1

Can't Stand Me Now

Arbeit Macht Frei 2

Arbeit Macht Frei

Time for Heroes 3

Time for Heroes

What Katie Did 4

What Katie Did

Music When the Lights Go Out 5

Music When the Lights Go Out

Up the Bracket 6

Up the Bracket

Don't Look Back into the Sun 7

Don't Look Back into the Sun

Last Post on the Bugle 8

Last Post on the Bugle

What Became of the Likely Lads 9

What Became of the Likely Lads

The Man Who Would Be King 10

The Man Who Would Be King

Top Albums

The Libertines
The Libertines
pistes
Up the Bracket
Up the Bracket
pistes
Time for Heroes - The Best of the Libertines
Time for Heroes - The Best of the Libertines
pistes