Mon bordel - Dessolas Parution chez Okazoo Productions le 19 avril 2019


20 avril 2019

- Mon bordel - Dessolas Parution chez Okazoo Productions le 19 avril 2019

Vous ne connaissez pas dessolas. ?... C'est normal, il veut devenir pas connu. Parce qu'il y en a partout des mecs connus, pour de plus ou moins bonnes raisons. Parce qu'on nous vend des succès à l'obsolescence programmée. Et puisque cette course manque de sens, autant ne pas y prendre part et se sentir bien. Un hommage décalé aux artistes qui ne connaîtront pas la gloire, pour se dire que rien de tout ça n'est grave, dessolas.écrit, compose et interprète ses chansons emplies d'espoirs, de paradoxes et de questions. Dans le «Bordel» qui peuple son cerveau, sous cette insouciante carapace, il se pourrait bien qu’il y ait un espiègle petit démon qui n’œuvre que pour une chose : que sa musique soit aimée par le plus grand nombre !

Singulières et attirantes, parfois un tantinet déroutantes, faites d’espoirs et de dérisoire, de doutes et de jubilation, de nonchalance et d’emportements enthousiastes, les petites tranches de vie que nous conte dessolas. sont de celles que l’on goûte avec un petit sourire ravi, celui qui vient lorsque l’on a l’impression de se reconnaître, de faire partie de l’histoire. Avec ses textes qui racontent sans trop en dire, entre premier et second degré, ses mélodies toutes douces qui savent laisser la place à la poésie teintée d’humour d’un auteur qui ne se prend pas au sérieux mais sait si bien faire danser les mots et swinguer les notes. Ainsi, de syllabes en syllabes, finement maîtrisées et jamais futiles, se dévoile peu à peu l’humain tel que dessolas. le voit, pas forcément fort, héroïque ou formidable mais définitivement attachant et fascinant. Et si les personnages qu’il évoque, incarne le temps de 3 minutes et quelques de plaisir, pataugent tous un peu dans la crème anglaise, si leurs vies, ici ou ailleurs, ressemblent à de joyeux bordels, s’ils se battent pour leur liberté ou pour ne pas être connus voire reconnus, s’ils ne gèrent pas toujours bien les relations aux autres et en tirent plus de questions que de réponses, ils ont tous un point commun, celui de nous ressembler comme deux gouttes d’eau jumelles, avec nos petites faiblesses et nos grandes forces non- avouées. Après avoir séduit les «Rencontres d’Astaffort» initiées par Francis Cabrel avec sa douce poésie lunaire, c’est à notre tour de succomber à son petit sourire malicieux et à ses chansons tendrement décalées... Et qui sait, après avoir écouté cet EP, peut-être lui dirons-nous qu’il n’a plus à s’en faire, le voici connu pour un sacré bout de temps...